Concilier Grossesse et vie Pro ? 3 expériences de mamans

Ahh la grossesse?

Qu’on le veuille ou non : devenir maman est une question invisible qui plane au-dessus de notre tête. D’autant plus si on répond NON, alors qu’on est une femme âgée de 25 à 35 ans, et qu’on nous demande « anodinement », si on a des enfants.

Je ne soulèverais pas le point au-delà de 35 ans, parce que cela s’accompagne régulièrement d’un tas d’interrogations perceptibles dans le regard de l’autre, sujet qui mérite à lui seul un article…

Toutefois, qu’on soit révoltée, indignée, surprise voir même découragée, inutile de faire l’autruche vous vivrez en tant que femme cette situation, alors autant s’équiper pour passer au travers.

Dans cet article, vous pourrez découvrir l’expérience de 3 mamans qui vous livreront leurs histoires, leurs ressentis et leurs conseils résultants de leurs vécus. Chacune vous partagera sa situation vis-à-vis de la grossesse, de l’annonce au travail au retour de congés maternité ainsi que leurs conseils aux futures mamans.

 

Bonne lecture !

1. Manon, 27 ans, infirmière

Annonce au travail

En couple depuis plus de 5 ans, le désir d’enfants était déjà présent depuis plusieurs mois. Manon adorait son métier, elle était au contact de patients tous les jours et adorait être au service de leur bien-être et de leur santé au quotidien. Avec son compagnon, ils s’étaient rencontrés à Montréal lors de leurs études, mais étaient tous deux originaires de Québec.

Pour Manon, tomber enceinte faisait partie de sa vie et c’était non négociable. Malheureusement après plusieurs mois à « essayer », le découragement et la frustration la rendait irritable et peu à peu elle ne trouvait plus de joie à travailler au quotidien. Dans sa tête, l’échec de devenir maman ne pouvait pas définir sa vie. Manon entreprit une démarche pour se rapprocher de sa famille et trouva un nouveau travail. Le déménagement réalisé, avec son mari ils rebâtirent leur nid douillet.

Seulement un mois après son nouveau travail, un bébé se nicha au creux de son ventre, inquiète face à la réaction de son employeur, elle attendit la fameuse échographie des 12 semaines avant de l’annoncer. Finalement, Manon reçut énormément d’amour, de ses collègues. Comme elle dit : « un bébé dans un milieu de femmes ce n’est jamais poche! ».

Retour de congés maternité

Le retour au travail était angoissant, devoir quitter son enfant pendant près de 8 à 10 heures par jour alors qu’elle était auprès de lui 24 heures sur 24 pendant plusieurs mois, lui semblait insurmontable. Alors Manon prit les devants pour réaliser une transition en douceur avec un démarrage en garderie progressif en septembre pour son garçon alors qu’elle recommençait le travail en novembre.

En vivant cette transition progressive, Manon a pu gérer les premiers microbes sans avoir à s’absenter du travail.

Puis elle entreprit sa nouvelle routine, elle partait avant que son garçon ne se réveille le matin et elle arrivait le soir 15 minutes avant que la garderie ne ferme. Un emploi du temps très contraignant avec la gestion des soupers, la routine du soir qui ne la rendait pas sereine.  

« Je vivais beaucoup de culpabilité de ne pas être aussi présente que je le voulais pour mon enfant. »

Elle adorait son travail, mais la famille était plus importante pour elle. Ainsi avec son mari, ils ont pris la décision qu’elle allait se joindre à l’entreprise de son mari qui se situait à 15 minutes de leur maison.

Encore aujourd’hui sa liberté d’entrepreneure n’a pas de prix. Elle peut concilier sa vie professionnelle à sa vie de maman. En travaillant de la maison, elle peut accompagner son plus jeune à l’orthophoniste pendant que son plus vieux est en pédago. 😊

Conseils

Manon voulait te passer un message : Chère nouvelle ou future maman, écoute toujours ta petite voix, elle te guidera dans cette transition. N’hésite jamais à demander de l’aide ou à trouver des « shortcuts ». Si une semaine tu n’as pas le temps de préparer les repas, achètes du traiteur. Si tu es trop fatiguée pour faire ton ménage, prévois dans ton budget une femme de ménage. Bref il y a toujours des solutions et quand c’est difficile, n’oublie jamais : « tout passe » ❤️

 

2. Tina, 35 ans, Gestionnaire d’entreprise

Annonce

Dans un coin de sa tête, Tina savait qu’elle voulait des enfants, mais elle ne se sentait pas prête, elle voulait d’abord faire ses preuves auprès de son employeur dans le but de diriger un jour un département complet au sein de son entreprise internationale.

Son conjoint, lui était prêt même avant qu’ils ne se marient, mais savait qu’avoir un enfant était une décision de couple et que la synchronicité était importante, alors il attendait.

Après 2 ans à gérer une équipe d’une vingtaine d’employés en tant qu’adjointe, le gestionnaire principal partait pour d’autres fonction au sein du groupe, c’était le moment idéal pour prendre enfin sa place. Après deux entretiens Tina comprit que ses gestionnaires avaient déjà prévu le profil du futur responsable, et que ça n’était pas elle. Un homme plus âgé avec plus d’expérience!

Après deux semaines de recherches, le profil sélectionné était un homme de 2 ans son ainé sans aucune expérience dans la gestion de projets de cette taille (90M$).

Frustrée, déchirée, vivant la situation comme une injustice, Tina avait enfin pu faire le switch dans sa tête, et annonça le soir même à son mari : « je suis prête à avoir un enfant, Go! »

Quelques jours après l’arrivée de son nouveau chef, elle annonça sa grossesse à toute l’équipe et déclina le plan de transition qui devait être mis en place jusqu’à son départ en congés maternité 6 mois plus tard.

Retour de congés maternité

Pour Tina, le retour au travail était attendu, malgré son plaisir à passer du temps avec sa fille, elle avait ce besoin de s’accomplir professionnellement, et sa vie de maman ne lui suffisait pas. En une semaine la rentrée progressive de sa fille était faite. Tina rentra déterminée à son travail.

Malheureusement dans les grandes entreprises, et après un congés maternité de 9 mois (courant au Québec 9 -12 mois), l’entreprise avait été rachetée, la direction avait changé et la vision ainsi que les valeurs de l’entreprise ne correspondaient plus à ses attentes besoins. Tina se tourna alors vers la recherche d’un nouveau défi professionnel. Trois mois plus tard, elle prenait la direction générale, d’une entreprise en démarrage.

Conseils

Tina voulait vous passer un message : Que tu aies l’intention de devenir maman ou que tu le sois depuis peu, ne laisse jamais le monde extérieur dicter ton rythme.

« Il n’existe pas de moment parfait.»

Parfois le contexte te donnera la réponse. L’évidence peut surgir de nulle part, tu es la seule personne qui puisse ressentir ce qui t’habite, alors suit ton intuition et fonce.

Une fois ton enfant dans les bras, fais-toi confiance, tu es la meilleure mère que puisse avoir ton enfant.

 

3. Isabelle, 30 ans, adjointe administrative

Annonce

Dans une précédente relation, Isabelle avait déjà envisagé d’avoir des enfants, malheureusement la vie en avait décidé autrement. Les médecins lui avaient confirmé qu’elle ne pourrait pas en avoir.

Alors quelle surprise lorsqu’après 6 mois de relation avec son nouveau compagnon, elle apprit qu’elle était enceinte de 4 mois. Par-dessus tout, cela faisait à peine 3 mois qu’elle travaillait dans cette nouvelle entreprise. Elle était stressée à l’idée de l’annoncer, elle avait peur de la réaction de son employeur. La situation était peu ordinaire mais finalement tout s’est bien passé, ses responsables ont même aménagé son poste de travail pour éviter les allers/retours trop nombreux dans son quotidien jusqu’à son départ en congés maternité.

Retour de congés maternité

Pour Tina, la gestion du travail et de la garderie avec ses horaires atypiques a soulevé plusieurs challenges. C’est finalement monsieur qui se chargeait de déposer leur fille avant le travail et qui allait la chercher.

Tina se levait alors plus tôt pour les routines du matin et du soir. Elle a réussi à conserver sa relation privilégiée avec sa fille grâce à l’allaitement (2 ans).

« Il y a des soirs où je travaillais jusqu’à 21h alors c’était la soirée avec papa. On a trouvé un super rythme dans le partage des tâches et le batchcooking. »

Avec l’arrivée de leur deuxième fille, Tina a changé de travail pour un temps partiel de 30h de jour, elle pouvait enfin s’occuper de ses filles avec son conjoint. Mais deux enfants c’est épuisant à la longue 🤣, comme elle le dit. Ils ont donc investi dans du ménage à domicile pour conserver du temps de qualité avec leurs filles mais aussi entre eux pour maintenir leur amour.

Conseils

Isabelle voulait vous passer un message : Jeune maman prenez le temps d’apprivoiser votre relation avec votre enfant. Prenez le temps de vous découvrir.

Lorsque tu es avec ton petit donne lui tout l’amour et le soutien dont il a besoin mais NE T’OUBLIE PAS dans le processus sinon tu vas t’épuiser. Travaille de concert avec ton conjoint et ton entourage. Prends du temps pour toi sans culpabiliser, ton enfant a besoin que tu le laisses un peu pour se rendre compte que tu reviendras après. Il va développer son assurance et sa résilience.

« Suis ton cœur de maman, laisse ton enfant faire des expériences, épanouie-toi en tant que femme et fais-toi confiance. N’oublie jamais que tu fais toujours de ton mieux. ️ »

Au travers de ces 3 expériences, on peut constater qu’aucune situation n’est identique, toutefois la grossesse provoque de nombreux bouleversements dans la vie d’une femme. Que ce soit dans les perceptions de son bonheur, de son besoin d’équilibre ou encore dans son besoin d’accomplissement personnel, la vie en sera modifiée.

En espérant que cet article vous aide à vous préparer et vous permette d’accueillir vos intuitions et besoins dans cette évolution. N’oubliez jamais la force de l’entourage pour vous soutenir dans chacune des sphères de votre vie au cours de cette nouvelle expérience.

Sophie Chainel

Sophie Chainel

Carriériste de Cœur
J’accompagne les gestionnaires en transition vers une carrière remplie de sens.

Facebook
LinkedIn
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page